Monuments à visiter

LE SAINT-ESPRIT,VISITES DU JURY DU CONCOURS 2013 DES VILLES ET VILLAGES FLEURIS 2013.

L’hôtel de ville du Saint-Esprit a été construit entre 1921 et 1924, date de son inauguration. Les travaux de restauration, furent achevés en 1992. Magnifique battisse du début du 20é siècle, la mairie est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 27 août 1990. Son escalier d’honneur en maçonnerie vous accueille au rez-de-chaussée. La façade comporte 5 travées de portes avec persiennes ou portes-fenêtres (sauf à l’étage de comble où il s’agit de lucarnes en façade avec persiennes non amovibles). A l’extérieur le toit surmonté de pignons brisé et orné de fléchés en métal donne un cachet remarquable. Les visiteurs apprécient également les pilastres cannelés, des escaliers intérieurs tournant en bois. Le corps de bâtiment ajouté à l’arrière dans le prolongement de la mairie, date des années 1990 à 1992.

Adresse : Rue Schoelcher

Eglise du Saint-esprit_0

A l’origine à l’emplacement de l’actuel hôpital, l’église est déplacée plus à l’est à la fin du 18e siècle. Une de ses cloches nommée “Sebastopol” a été ramenée de la guerre de Crimée. A l’intérieur, la décoration est très riche avec une coupole d’esprit byzantin. Elle est agrandie en 1827, avec une partie des matériaux de l’ancien bâtiment. Malmenée par les nombreuses inondations, on décide de la reconstruire en 1840. C’est finalement en 1903 qu’est posée la première pierre de l’église actuelle. L’essentiel des travaux est achevé en 1907, mais des travaux se poursuivent encore les années suivantes, notamment sous la prêtrise de l’abbé Tostivint, en fonction de 1905 à 1913. En 1962, le cyclone Edith détruit le clocher en bois, qui sera refait en brique et en béton armé. D’importants travaux de restauration se sont terminés en 2009

Adresse : 39 rue Capitaine-Pierre-Rose


Totem_93x360_0

Cette oeuvre réalisé par Inoussa Daouda, le 23 juillet 2004, trône au cœur du parking des taxis-collectifs. A la fois mystérieuse et majestueuse, elle étonne ses admirateurs, de ses trois étages évocateurs :

  1. A son sommet une femme aux seins nus portant un régime de bananes
  2. Juste en dessous l’emblème de la ville du St-Esprit
  3. A sa base un nègre buste jouant du tambour avec une femme à l’arrière

Un joli clin d’œil tout en bois à cette ville au patrimoine si riche.

Adresse :
Parking des taxis-co. Angle Rue Cassien Ste Claire et Route Neuve

Coulisses de l'avenir_0

Témoin du passé, ce monument est un vestige d’une astuce utilisée pour transporter les cannes à sucre au 18ème siècle. Il s’agit de piliers qui supportaient une sorte de longue gouttière en bois dans lequel on déposait les cannes à sucres. Disposé à flanc de montagne, le dispositif permettait de faire glisser comme sur une sorte de toboggan, les bottes de cannes à sucre jusqu’au moulin des distilleries en contrebas. Il en reste 4 à ce jour. Un procédé ingénieux qui évitait les transports difficiles par dos de mulets. Situé à l’entrée du bourg en sortant de la route du Vauclin, il s’agit de l’emblème de la ville dont est issu le premier nom de la commune, “Bourg des Coulisses” jusqu’en 1758.

Adresse : quartier Bontemps -Lacour 97270 Saint-Esprit

800px-SAINT_ESPRIT_(3)

A l’origine, simple place, situé sur un terrain planté de manguiers, le Conseil municipal décide le pavage du marché afin d’assainir les lieux en 1919. Construite en 1924, le marché couvert a une ossature métallique donnant face à la rue du Capitaine Pierre–Rose. Il a été réalisé autour de « La Grande Fontaine » comme l’appelle les spiritains, signée Chappé et fils qui l’ont fondue dans la Sarthe. Cette fontaine édifiée en 1920, était initialement au carrefour de la rue de l’Amiral de GUEYDON et de la rue SCHOELCHER et est maintenant au cœur du bâtiment. Détruite au fils du temps, elle a été partiellement reconstituée gardant son cachet, même privée de ses colonnes. Le 26 janvier 1925, l’entreprise de M. Louis TARASCON, domiciliée au Saint-Esprit réalise la couverture du marché qui s’achève en 1930. En 1934, la structure se dote de son éclairage. A l’époque, c’était un lieu commercial central, attirant les populations de la commune et de ses environs. On y vendait outre les produits agricoles traditionnels, des objets fabriqués par les artisans de la métallurgie, des chaisiers, des cordiers, ou des vanniers. Transformé en église de 1995 à 2008, pendant les travaux de restauration de l’église paroissiale du Saint-Esprit distante d’une dizaine de mètres, elle est redevenu une pièce centrale de la vie de la commune. Le marché actuel a été inauguré le 12 septembre 2010.

Adresse : 39 rue Capitaine-Pierre-Rose

Statut de l'esclave libéré 930x360

Cette oeuvre de Michel Glondu, artiste spiritain honore le courage des esclaves qui ont gagné « Une Liberté non pas octroyée, mais arrachée de haute lutte », comme disait Aimé Césaire. Un ouvrage intemporel pour se rappeler les souffrances, les humiliations qu’ont subi les noirs cibles de la barbarie coloniale mais aussi de l’incroyable force, bravoure et réussite de ces peuples opprimés. Situé au bourg, place de l’Ancien Collège, à droite de l’église, la Statut de l’Esclave libéré trône avec fierté au centre de la commune. Depuis les années 2000, la monument est l’un des rendez-vous de la fête patronale du Saint-Esprit, pendant laquelle on y dépose une gerbe pour célébrer la libération des esclaves.

Adresse : Place de l’ancien collège

Click to listen highlighted text!